La dermatillomanie

Vous n’aimez pas que votre peau dépasse? Vous êtes perfectioniste et avez tendance à gratter/triturer votre peau ou vos cuticules dès que ça dépasse ? Le tout en vous persuadant en plus que cela sera mieux après ?

Il se pourrait que vous soyez… dermatillomane !

Qu’est ce que la dermatillomanie ?

La dermatillomanie est un trouble caractérisé par la vérification, le triturage et/ou grattage impulsif, répété et excessif de la peau induisant des lésions des tissus.

Le terme vient du grec : ‘derma’ veut dire ‘peau’, ‘tíllō’ ‘effeuiller’ et ‘manía ‘manie’.

Voilà quelques extraits du site psychologue-riviere.com qui selon moi résument parfaitement ce trouble ! Pour ma part, j’ai mis du temps à trouver le terme et un nom sur le mal qui me ronge (c’est le cas de le dire;).

Comment cela se traduit ? Par quels comportements ?

Cela se traduit par un grattage impulsif et incontrôlé de la peau, d’une ou plusieurs zones du corps comme par exemple les doigts. Ce comportement s’accompagne d’un sentiment de plaisir ou de soulagement. Ces impulsions de grattage (des irrégularités de la peau) sont des séries de gestes reconnus comme irrationnels par la personne, qui peuvent être répétés de façon ritualisée, non contrôlée et envahissante. C’est une décharge impulsive et psychomotrice d’une tension interne et psychologique.

Quand les triturages ont-ils lieu ?

Les triturages ont souvent lieu pendant les activités dites ‘sédentaires’ ! En lisant, en conduisant, en travaillant, devant la télévision, devant l’ordinateur, au téléphone, au cinéma…

Ils peuvent avoir lieu à tout moment de la journée, du matin au soir. Mais généralement s’exercent en soirée et avant le coucher. Ils servent alors à évacuer les tensions internes de la journée (comportement inconscient- assez perturbant car cela arrive dans des moments où l’on devrait être relax). Cela s’expliquerait par le fait qu’ inconsciemment on se dit que les triturages et grattages auront le temps de cicatriser pendant la nuit !!!

Comment cela se présente ?

Ces impulsions s’apparentent à des crises. Celles-ci pouvant durer de plusieurs minutes à plusieurs heures par jour, parfois sans que l’on ne s’en rende compte (état de semi-conscience ou hypnotique).

Le dermatillomane est à la recherche de ses imperfections. On passe la main sur la peau de son corps afin de se gratter, alors qu’on sait que c’est mauvais pour nous. S’en suivent des sentiments de honte et de culpabilité. On a l’impression, à ce moment là, de purifier son corps et de le débarrasser de ses imperfections. En réalité, on attaque notre épiderme et créons des plaies qui risquent de s’infecter de nouvelles impuretés qu’on voudra à nouveau combattre (un vrai cercle vicieux quoi!).

Plus d’informations sur ce trouble sur :

http://www.psychologue-riviere.com/dermatillomanie/

Que faire ? Quels sont les remèdes ?

Alors maintenant que nous avons mis des mots sur cet état, que faire ? Comment y remédier ? La quête de toute une vie pour ma part…

Voilà toutes les astuces/stratégies que j’ai trouvé jusqu’alors qui pourront nous aider. Mais je pense que la clé our guérir sera de tout mettre en place pour trouver l’origine de ce trouble.

J’ai sélectionné ci-dessous celles quelques options qui m’ont parues les plus pertinentes (très subjectif, regardez ce qui vous parle le plus et le plus simple à mettre en place selon vous) :

Quelques idées :

Faire des soins :

  • Faire des soins quotidiens. Avoir une routine régulière de soins de la peau (même aux endroits où on ne se gratte pas habituellement). C’est un moyen de se toucher la peau d’une autre manière qu’en l’agressant
  • Aller chez l’esthéticienne ou se faire des soins à la maison pour réapprendre à aimer sa peau et prendre soin de toutes les parties de son corps
  • Se mettre de la lotion sur les mains (car cela n’est pas pratique de triturer des mains qui glissent)

S’occupper (notamment les mains)

  • Faire des activités de purification autres que sur sa peau (jardinage, désherbage, ménage, vaisselle, cuisine,… ou toute activité qui contre l’inactivité)
  • Occuper ses mains quand on s’ennuie (jouer d’un instrument, faire du sport, trouver une activité manuelle comme du coloriage pour adulte ou dès que vous sentez une une crise venir, éclater des bulles en plastique, afin d’occuper vos mains et votre esprit ou encore jouer à des jeux sur son portable)
  • Se coller des tatouages sur la peau et les gratter au lieu de triturer sa peau

Se détendre

  • Ecouter de la musique, respirer un bon parfum
  • Installer dans sa journée des rituels de repos et d’apaisement (se masser, boire un thé, se faire un masque, allumer des bougies, faire de la relaxation…)
  • Techniques de respiration (yoga, sophrologie, respiration abdominale…) pour gérer, apaiser et sortir les tensions internes

Se protéger (physiquement & psychologiquement)

  • Mettre des gants ou envelopper ses mains d’un foulard (quand c’est possible) aux heures et endroits où on a tendance à plus se toucher (bureau, trajets, devant la télé, devant l’ordinateur, pendant la lecture…) ou couvrir, si cela arrive sur d’autres parties du corps, les parties concernées
  • Mettre des pansements aux endroits à ne pas toucher
  • Eviter les situations problématiques qui vous créent du stress (si possible)

Mettre en place des parades psychologiques

  • Mettre un objet dans sa main (balle…) ou sur la main (grosse bague, bracelet fluo…) qui rappelle de « Ne pas toucher » (pense-bête anti-triturage)
  • Quand toute envie (consciente) arrive de toucher sa peau, attendre 15 minutes (plus facile à dire qu’à faire celui là 😉
  • Utiliser la technique du « Labyrinthe ». Quand on sait qu’on veut se gratter, imaginer un trajet  à faire avec ses doigts sur son corps, avant de se gratter
  • Tenir un journal quotidien des grattages effectués et des grattages évités. Se concentrer sur le même exercice tous les jours jusqu’à ce que le comportement diminue et soit progressivement « oublié » par le cerveau
  • Penser à tout ce que le grattage impulsif vous empêche de faire (parler à certaines personnes – famille, collègues, amis – par honte, gêne ou culpabilité; aller dans certains endroits – piscine, mer, endroits avec beaucoup de lumière…)
  • Vous demander lorsque cela vous arrive: vais-je être plus beau/belle ou au contraire vais-je sortir boursouflé(e), rouge et créer de nouvelles cicatrices et infections ? Pourquoi devrais-je retourner mes émotions contre moi ? Puis-je faire autre chose, en parler à quelqu’un ? Ai-je des ruminations ? Des pensées qui tournent en rond et que je pourrais résoudre ? Mes impulsions de triturage/grattage sont l’expression de mes tensions internes et psychiques. Quelles sont-elles ? Puis-je apprendre à les identifier ? Est ce de la colère que je ressens, de la culpabilité, de la honte, de la frustration ou de l’ennui ?
  • Si je me touche, les probabilités que je sois mal après sont de plus de 50%

S’encourager

  • Affirmation positive: je mérite d’être en bonne santé et d’avoir une peau saine
  • Se faire du bien, se faire un petit cadeau, marquer le coup quand un comportement diminue ou a été éliminé

Partager

  • En parler à des gens (quand c’est possible), se soulager en parlant du caractère impulsif et incontrôlable de cette manie. Leur expliquer que vous n’y êtes pour rien si vous touchez de façon excessive votre peau
  • Aller dans un groupe de soutien (existe dans certains pays)

Voila j’espère avoir, par ce billet, vous avoir appris quelque chose ou si vous en souffrez vous avoir fait sentir peut – être un peu moins seul face à cela. J’ignorais pour ma part jusqu’il y a peu le nom même de ce trouble. Il paraît qu’il touche 3 % de la population mondiale !

Plus que jamais vos commentaires sont les bienvenues si vous en souffrez (ou un proche). Afin que nous partagions ensemble des solutions vers le mieux-être…

Originally posted 2019-01-07 17:08:09.