Microblading, Microshading, Hairstroke ? Tout savoir…

On entend sans arrêt parler de nouvelles méthodes pour se ‘refaire’ les sourcils : microblading, microshading, sourcils poil à poil, hairstroke, dermopigmentation. On finit par s’y perdre ! MBBBE fait le point pour vous…

Pour certaines, la mode des années 90 et de ses sourcils plus fins a été fatale (ou vous avez simplement été peu fournie par dame nature;). La tendance des sourcils épais et bien dessinés a bel et bien refait surface depuis les années 2000. Les épiler c’était simple mais malheureusement pas de les faire repousser :(!

Ces dernières années, est née une nouvelle technique, celle du microblading ou du maquillage cosmétique semi-permanent. Je ne vous parle pas des méthodes de tatouages qui existaient à l’époque et qui franchement ont fait des ravages… à savoir le tracé d’une ligne permanente de tatouage au niveau des sourcils !

Celle –ci a envahi la toile et fait le buzz depuis un bon moment maintenant.

Qu’est-ce que le microblading ?

Le microblading est une technique de tatouage semi-permanent des sourcils. Cette méthode consiste à recréer chaque poil, à l’instar d’un trompe l’œil.

Elle permet de restructurer, de combler, de redessiner les sourcils afin de donner au regard sa profondeur et son caractère. Pendant une séance de microblading, le pigment est implanté de façon manuelle dans la surface de l’épiderme avec l’aide d’une lame à usage unique, pour recréer l’illusion de vrais poils.

Est ensuite apparu ensuite le microshading….

Qu’est-ce que le microshading ?

Il est très similaire au microblading, mais ne crée pas un style poil à poil mais bien un effet ombré. Comme si on se maquillait avec un crayon versus de la poudre à sourcils.

Plus récemment encore est apparu la technique du Hairstoke ou de la dermographie du poil 3D. Une technique encore plus performante au rendu hyper naturel.

Qu’est-ce que le ‘hairstroke’ (ou dermopigmentation) ?

La méthode consiste toujours à implanter du pigment (naturel) dans le derme. Mais cette fois à l’aide d’un dermographe composé d’une console et d’une pièce à main (stylet), au bout de laquelle est fixée une aiguille stérilisée de dermopigmentation. Celle-ci permet d’injecter des pigments bio résorbables dans le derme du sourcil. Les incisions sont moins profondes qu’avec le microblading. Elle  permet de redessiner le sourcil, soit entièrement, soit partiellement. Elle peut combler les trous, redresser la queue et donner de la hauteur. En dessinant les poils un à un, la technicienne obtient finalement un résultat très naturel, et parfaitement adapté à la structure de votre visage et à votre carnation.

Autres usages de la dermopigmentation :

Cette technique est également indiquée pour pallier aux effets secondaires de traitements médicaux tels que la chimiothérapie ou la pelade. Elle peut reconstituer même de façon spectaculaire le mamelon d’un sein pour celles qui ont subies une ablation suite à un cancer -allez voir des photos sur le net c’est vraiment bluffant et génial je trouve ! Elle s’utilise aussi pour d’autres maquillages semi –permanents comme le contour de lèvres et la bouche (encore une fois rien à voir avec les anciens tatouages des lèvres ;). Enfin, elle peut cacher des vergétures, ou faire des traits d’eyeliner entre autres. Le microblading/ microshading eux ne peuvent faire que les sourcils !

La séance :

La technicienne va d’abord définir sur mesure au crayon la ligne : redessiner la ligne du sourcil pour celles qui n’en n’ont plus ou très peu, corriger une ligne mal épilée, intensifier des sourcils éparses. Puis elle définit la teinte à leurs donner. Elle va aussi mettre une règle autocollante pour bien vérifier la hauteur.

Après avoir bien nettoyé la zone, elle peut commencer à reconstruire le sourcil à l’aide de son stylo mécanique, poil à poil. Les pigments minéraux (doivent être purs et sans allergènes) sont injectés de manière très superficielle pour ne pas dénaturer leurs couleurs et ne provoquer aucune cicatrice. C’est assez douloureux ! Il faut le savoir ! Sortez vos mouchoirs car cela fait travailler les glandes lacrymales et les sinus, vous risquez entre autres d’éternuer. Le dicton ‘Il faut souffrir pour être belle’ va prendre tout son sens, mais le résultat en vaut la peine;).

La séance dure environ 1h30 voire 2 heures en tout. Le prix est aux alentours des 200 euros (dépendant des centres et pays).

Les résultats :

En sortant, la ligne de sourcils semble foncée mais cela s’estompe en quelques jours. Vous pouvez reprendre directement vos activités.
Il va falloir par contre badigeonner ceux –ci non-stop dès la sortie de vaseline et ne pas les mouiller pendant 3 jours. Prévoyez donc de vous laver les cheveux avant la séance. Cette étape est primordiale car sinon des croûtes vont se former et faire partir les pigments et faire d’éventuels trous.

Le résultat final apparaît enfin au bout d’une semaine. Il est naturel et quasiment insoupçonnable.

Une retouche est nécessaire environ 3 semaines / 1 mois après (incluse en général dans le prix). Cela va durer environ deux ans (variera néanmoins selon le PH de votre peau).

Les avantages :

Un gain de temps principalement, terminé le maquillage des sourcils ! Profitez de sourcils impeccables tout le temps! Et surtout fini le coup de crayon maladroit, le remaquillage après une baignade ect.

Les précautions :

La première est de bien choisir votre institut ! Et surtout la technicienne car la minutie et la précision sont des qualités indispensables pour un résultat optimal. Il est essentiel d’être dans les mains d’une professionnelle formée, mais aussi qui pratique dans un cabinet à l’hygiène irréprochable et avec des produits naturels et de qualité ! *

Voila en résumé les ‘steps’ à suivre pour que cela prenne bien, tienne et surtout que la couleur ne vire pas dans le temps :

  • Ne pas mouiller ses sourcils pendant 48h qui suivent les séances
  • Appliquer non-stop de la vaseline pendant 48h qui suivent les séances (pour que cela ne sèche pas et que les pigments ne partent pas avec les éventuelles croûtes)
  • Ne plus exposer ses sourcils au soleil (toujours mettre de la protection)
  • Eviter les bains et de faire trempette avec votre tête dans la piscine et la mer autant que possible (donc ne pas le faire juste avant les vacances 🙂
  • Faire une retouche 3 semaines/ 1 mois après (l’occasion de voir ce qui n’a pas tenu et d’éventuellement rectifier le tir)

*Pour celles qui vivent à Maurice, Véronique Vallet – Lalaoui, formée en France dans le célèbre institut de formation Maud, vient d’ouvrir le salon ‘Good Looking’ à Endemika et pratique le ‘Hairstroke’ !

Plus d’informations sur son salon sur sa page Facebook :

https://www.facebook.com/veroniquevalletlalaoui1/